Vous avez dit balades tranquilles ?

Conscient qu'une puissante accélération immédiatement suivie d'un freinage tout aussi puissant est une aberration au sens mécanique et scientifique, je pratique une conduite « coulée » et anticipée moins dispendieuse en énergie. En effet, l'énergie dépensée à l'accélération qui est en partie emmagasiné dans la masse machine-équipage est subitement gaspillée en calories thermiques plus ou moins bien évacuées par les freins avec les contraintes et les déformations que l'on devine.
À contrario la conduite silencieuse et en souplesse que je pratique consiste à freiner peu en anticipant beaucoup et ré-accélérer juste le nécessaire pour relancer le mouvement, afin de ménager le confort de l'équipage et que machine, carburant, pneus et freins s'en trouvent épargnés.

Mon plaisir réside moins dans la recherche des sensations fussent-elles jouissives, que dans la compréhension et le respect des lois physiques qui régissent tous les aspects mécaniques qui font qu'une moto roule grâce aux choix techniques et recettes de ses géniaux concepteurs.
Pour imager, je goûte le vin à petites gorgées, en connaissance des techniques d'élevage et de la culture de la vigne, contrairement à l'ivrogne qui ingurgite dans le seul but de se saouler.


Retour à la page moto