Moto vintage pépère ?

Pour mon analyse j'ai retenu 4 machines réactualisées Euro 4, classées de la plus à la moins chère:
La Bonneville T100, la KAWA W800, la Royal Enfield Bullet 500 EFI, et la Mash five hundred 400.
J'ai rapidement éliminé les deux premières qui sont des bicylindres trop lourdes, respectivement 214kg et 202kg à vide, et chères 10500 Euros pour la première, le deuxième seulement Euro3 n'étant plus au catalogue 2018 doit forcément se trouver d'occase.
Sur le papier, c'est la Bullet 500 EFI Standard qui l'emporte , mais après essai, je n'ai pas été convaincu pas le caractère trop affirmé de cette moto des années 50, même si sa belle gueule fait se retourner le passant.
La Mash, elle, est
légère 151kg à vide et pas chère, bien que souffrant d'une mauvaise cote à l'occasion.... Son petit moteur super-carré moins coupleux mouline un peu plus si l'on veut en tirer le meilleur, soit un petit 110km/h(
*) de croisière raisonnable avec moins de vibration toutefois. Mais son loock et son équipement n'accusent qu'un retour arrière de 40 ans.

Plus surpris que déçu par l'essai de la BULLET, J'ai pris le temps de la réflexion. C'est vrai que le design, la complexité mécanique et l'abondance de plastiques des moto actuelles ne me plait guère. Ici, rien que du métal, mécanique simple, économe et accessible, l'essentiel est là, mais suis-je prêt à rouler sur un vibromasseur de collection de 1950 ? Ma foi, non. Une visite chez MASH m'a définitivement fixé.


(
*) Pourquoi se contenter de croiser à 110km/h seulement ? Comme je l'ai déjà dit, je n'aime pas la vitesse, et je préfère les reprises hardies mais tranquilles aux accélérations hurlantes. Pas trangressif du tout, je suis un retraité qui sait prendre son temps, voilà tout. La présence du "saute vent" ne protège pas de la pression qui devient désagréable au dela de 100km/h, alors.... De plus il n'y aura pas ou peu de duo selon ma dulcinée.

Retour à la page moto